Cartel: A Mexican Death Trip

La Griffe Du Chien, depuis sa sortie en 2005, fait l’objet d’une véritable vénération chez d’innombrables lecteurs. A l’annonce de la publication de sa suite, 13 ans plus tard, l’excitation était à la hauteur de l’attente. Et Don Winslow n’a pas déçu. Cartel est une bombe littéraire.

Cartel-de-Don-Winslow-coup-de-maitreIl y a de fortes chances que La Griffe Du Chien, Cartel, et le troisième tome, The Border, qui sortira cette année aux Etats-Unis, s’imposent comme la plus grande trilogie jamais écrite sur le trafic de drogue entre le Mexique et les Etats-Unis.

Art Keller, l’ex-agent borderline, et Adán Barrera, le froid « Patron » calculateur, sont de retour. Et la partie d’échec peut reprendre.

On se méfie du pavé a priori, (850 pages et des poussières), surtout pour une suite, mais une fois plongé dans le roman, on ne décroche pas.

Au fil de lecture on pense parfois à Ellroy (polar tentaculaire, pavé, travail de recherche, trilogie…). Cartel est à La Griffe Du Chien ce qu’American Death Trip est à American Tabloid. L’épilepsie syntaxique en moins. Plus violent, plus noir, plus désespéré.

Mais paradoxalement moins clinique et plus profond que le premier tome.

IMG_8442
James Ellroy

C’est puissant, passionnant, documenté, fluide et jamais cliché. Tous les points de vue sont envisagés, du narcos tout puissant au sicario adorateur de la Santa Muerte, du journaliste désabusé au flic corrompu…Autant de pions, malgré eux, d’une tragédie grecque dopée à la cocaïne et aux fusils d’assauts AR15. Le travail de documentation, vertigineux, transpire de chaque chapitre (La Griffe du Chien avait pour sa part déjà demandé 5 années de travail).

Winslow réussi l’exploit de nous faire aimer malgré tout ce pays, et campe sur ses positions. La guerre contre le trafic de drogue est vouée à l’échec. La raison : elle a été déclarée et est menée par ceux-là même qui, du fait de leur consommation effrénée, l’alimentent. Soit le continent nord-américain, le plus important client des cartels.

920x920
Démonstration de force de membres des cartels de Juarez, Sinaloa et Jalisco Nueva Generacion près d’El Paso, à la frontière à l’ouest du Texas.

Histoires de territoires, de flux de cash astronomiques, de milliards de dollars transitant à travers les interstates américaines et traversant les frontières, de pipelines de fric, de corruption généralisée, de massacres 2.0….

don-winslow-1526891049
Don Winslow

Résonnent des vertes vallées du Sinaloa aux bidonvilles de Ciudad Juárez les narcocorridos, chantés à la gloire des trafiquants. Et se chuchotent dans les couloirs froids des agences fédérales le dernier plan d’action. Et sifflent les balle, et bruissent les billets. L’écho des détonations des AK47 se perd dans les ténèbres de l’homme.

L’auteur le confesse, l’écriture fut longue et difficile. Mais de la gangue des milliers de documents, interviews, décisions de justice consultés sur le sujet, Don Winslow extrait des diamants bruts, et les taille avec un tel talent, une telle précision, que ses œuvres illuminent le Noir.

Sombre et addictif.

 

François-Xavier Dianoux Stefani

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s